CODiLOG, 205 Avenue Georges Clemenceau, 92024 Nanterre
06 99 32 17 37
marketing@codilog.fr

Le top 5 des enjeux de la fonction finance pour 2022

DEVENEZ SAP COMME JAMAIS !

Le top 5 des enjeux de la fonction finance

Gestion des crises, pilotage de la performance, optimisation des processus internes, croissance et gestion des risques sont les 5 enjeux qui attendent la fonction finance en 2022. 

Enjeu numéro 1 : la gestion des crises

Depuis mars 2019, les entreprises doivent compter avec les perturbations liées à la crise du Coronavirus. Crise à laquelle se mêle une pénurie des composants et de certaines matières premières, ainsi qu’une intensification de la crise climatique mondiale
(Ainsi, 85 % des directions financières des grands groupes constatent des attentes plus fortes en termes de production et de communication d’informations extra-financières, selon une étude menée par PwC et la DFCG sur les priorités 2022 des DAF).
Pour faire face à ces aléas, le Système d’Information doit combiner qualité des données et réactivité des traitements, afin d’effectuer des projections et simulations qui permettront de prendre les bonnes décisions, rapidement.

S’appuyant sur une base de données in-memory, l’ERP SAP S/4HANA apporte la réactivité nécessaire à un pilotage des entreprises en période de crise. Il intègre également des capacités de simulation et de prédiction permettant de suivre l’évolution des modèles de l’organisation. Des fonctionnalités qui pourront être appuyées par d’autres outils SAP, comme SAP Analytics Cloud (Business Intelligence) et SAP Integrated Business Planning (planification stratégique)

Enjeu numéro 2 : le pilotage de la performance

Le reporting est un des moyens les plus efficaces de mesurer le niveau de performance de l’entreprise. Il est toutefois trop souvent réalisé de façon mécanique, sans se poser la question de savoir quelle sera son utilité pour le pilotage de l’organisation. 

Ainsi, 51% des DAF souhaitent faire évoluer leurs outils de trésorerie, en optimisant le processus de gestion et en augmentant sur le long terme les fréquences de prévision de trésorerie, quotidienne et hebdomadaire. 

SAP S/4HANA réintègre le reporting opérationnel à sa vraie place, au cœur de l’ERP. L’occasion pour l’entreprise de refondre sa vision du reporting, en séparant l’aspect opérationnel de la vision stratégique. Des tableaux de bord comprenant des indicateurs financiers pertinents et qualitatifs permettent de piloter la finance directement depuis l’ERP, en repérant sans délai toute dérive nécessitant une action correctrice. L’ERP SAP S/4HANA intègre également des fonctionnalités permettant de connaître le niveau de trésorerie de l’entreprise en temps réel et d’effectuer des projections sur son évolution.

Pilotage performance

Enjeu numéro 3 : l’optimisation des processus internes

La performance des équipes est un autre aspect à ne pas négliger.
Il est essentiel de s’assurer que la productivité de chacun des départements de l’entreprise (dont la fonction finance) est optimale, et ce y compris en période de crise. La mise en place d’indicateurs pertinents permettra de mesurer la performance interne et de répondre à une double question clé : mes processus internes fonctionnent-ils de façon optimale ? Ai-je automatisé tout ce qui fait perdre du temps à mes équipes ?

L’ERP SAP S/4HANA pousse toujours plus loin la prise en charge de bout en bout des processus et flux, avec plus de dématérialisation, mais aussi plus d’intelligence, au travers du Machine Learning.
La robotisation des processus (RPA) automatise les actions répétitives et chronophages, permettant ainsi aux équipes de se concentrer sur des tâches à plus haute valeur ajoutée. Enfin, de nouveaux modes de déploiement, comme le cloud, vont faciliter l’utilisation à distance de l’ERP, par exemple en télétravail.

Enjeu numéro 4 : la croissance

Une efficacité optimale et une réactivité sans faille permettront aux organisations d’être plus pérennes et résilientes.
Mais l’objectif premier reste de croître. La fonction finance est ici un partenaire clé de la direction. Selon la même étude, 66 % des DAF interrogés se déclarent ainsi satisfaits de l’impact positif de la crise sur l’émergence de nouveaux business models. Le contrôleur de gestion apporte en effet des informations clés capables de répondre aux questionnements de la direction générale, comme des métiers.
Il s’appuiera pour cela sur le reporting opérationnel proposé par l’ERP SAP S4HANA, mais également sur des solutions de BI, comme SAP Analytics Cloud. Notez que la facilité d’utilisation des tableaux de bord de SAP S/4HANA et SAP Analytics Cloud participera à réconcilier la direction générale avec son système d’information, dans une logique d’utilisation en self-service.

Le développement de l’entreprise peut également passer par des opérations de croissance externe. Lors d’un rachat, il faut disposer d’outils permettant d’en connaître les impacts sur l’organisation et les résultats de l’entreprise. L’ERP SAP S/4HANA offre de premiers éléments de réponse, au travers de modèles prédictifs et projectifs prenant en compte un certain nombre d’hypothèses et permettant de voir l’impact sur le P&L d’une opération de croissance externe ou de l’investissement dans un nouveau secteur d’activité.

Enjeu numéro 5 : la gestion de la conformité et du risque

Se lancer dans une nouvelle activité ou intégrer une nouvelle filiale nécessite de disposer d’un système d’information flexible, capable de porter la stratégie de croissance de l’entreprise. Colonne vertébrale du SI, l’ERP devra également être capable de prendre en compte rapidement les nouvelles exigences réglementaires. Différer leur mise en œuvre pourrait en effet se traduire par de lourdes pénalités… par exemple en cas de retard répété dans le règlement des factures fournisseur.

L’ERP SAP S/4HANA intègre des outils de contrôle qui permettent de minorer le risque de dévier des exigences réglementaires. Afin de faciliter l’intégration de nouvelles réglementations, de nouvelles activités ou de nouvelles filiales, il est recommandé d’adopter une approche fit-to-standard. Elle permet à l’ERP de gagner en flexibilité, avec la capacité à évoluer rapidement, les développements spécifiques n’étant plus implémentés dans le cœur de la solution, mais déportés dans la SAP Business Technology Platform.

La gestion du risque suppose également la prise en compte du risque cyber.
Un sujet transverse qui touche de nombreuses applications du SI de l’entreprise… et de ses partenaires. La gestion avancée des rôles de SAP S/4HANA permet de réduire le risque de fraude interne.
Et concernant les attaques venant de l’extérieur, un déploiement de l’ERP en mode cloud permettra aux entreprises les moins aguerries de s’appuyer sur le savoir-faire des hyperscaleurs en matière de sécurité informatique.

Le rédacteur de cet article

Vous souhaitez tirer le meilleur parti de SAP S/4HANA ?
Découvrez les 7 piliers stratégiques pour préparer son voyage vers SAP S/4HANA !